Soutenance à l’Istic : « Son travail me réjouis énormément »

Quelles sont vos appréciations par rapport aux différentes prestations de vos enfants et à l’événement qui se déroule ce vendredi 22 octobre 2021 ? Telle est la question que Actualité du Cameroun a posé aux proches des candidats soumis à la soutenance de la 2ème promotion.

M. Tchadjeu: “J’ai vu mon fils transpirer”

M. Tchadjeu imortalisant les exploits de son fils (c): Ajara FOMEKONG

Tchadjeu, parent d’étudiant :« Au départ, j’ai été vraiment très surpris de l’éloquence de mon fils dans la description de son dossier de stage. Et par la suite, des questions posées par les jurys, j’ai trouvé que ce n’était pas vraiment facile. J’ai vu mon fils transpirer. Son travail me réjouit énormément ».

Oberline Ndjomo: “Si non, je suis contente”

M.Tchadjeu(c): Ajara FOMEKONG

Oberline Ndjomi admire son petit frère(c) Ajara FOMEKONG

Ndjomi Oberline, sœur d’un candidat « Moi j’ai bien apprécié, juste que, la présence d’un micro était nécessaire car, je n’entendais pas bien ce qu’ils disaient (le jury et le candidat). Si non, je suis contente ».

Marie Christine Anaba: “Je trouve que c’est un bon travail”

Inquiète, Mme Anaba attend impatiemment le verdict final. (c) Ajara FOMEKONG

« C’est vrai que la fin a beaucoup calmée les choses, sinon que les enfants, sont des étudiants et ils ont encore beaucoup à étudier. Tout compte fait, je suis satisfaite du résultat parce que je vois des encadreurs qui ne donne pas la facilité aux étudiants. Je trouve que c’est un bon travail quand même ».

Jean-Claude Nkodo, agronome: “(…) j’apprécie la qualité de la tenue des membres du jury”

M. Nkodo un peu distrait. (c) Ajara FOMEKONG

 « Ce que j’apprécie déjà d’emblée, c’est la qualité de la tenue des membres du jury en commençant par son président, le Professeur NTA A BITANG. Ceci parce que, il a amené le candidat à se prononcer sur un, les questions de forme, deux, les questions de fond. Toutes ces questions ont été abordées dans un sens où, nous comprenons que même pendant la soutenance d’un mémoire ou d’un rapport, on reste l’apprenant et l’enseignement a toujours quelque chose à apporter. J’espère que mon enfant a pris bonne note de toutes les remarques qui lui ont été faites et qu’elle apportera des correctifs dans le futur».

Sébastien Yakam, parent de la major du jour: “s’il y a des choses à revoir ici, c’est au niveau du matériel de soutenance”

Les photos étaient au rendez-vous ce jour. (c) Ajara FOMEKONG

<< Dans le cadre général, je trouve que les soutenances se passent très bien. Mais s’il y a des choses à revoir ici, c’est au niveau du matériel de soutenance. Parce que cela a  créé des petits problèmes. Par exemple au niveau des vidéos projecteurs, au niveau des machines lorsqu’il faut que les étudiants présentent leurs réalisations professionnelles. Ceci les pousse à stresser. Si du côté technique on peut revoir le matériel de soutenance je pense que cet évènement se passera encore plus bien dans l’avenir>>.

‘Nkodo Yvan Claude, amie et journaliste : ; “c’est une très mauvaise impression que l’école me laisse“.

Yvan Claude Nkodo, estime que son ami est victime d’une injustice. (c) Ajara FOMEKONG

«Parlant des soutenances en général mon impression est assez bonne, on sent que le jury est  appliqué vu le temps qu’il met sur chaque candidat, et on sent quand même une certaine application aussi de l’école dans l’organisation. Ils ont affiché des pancartes, des tableaux et même des membres du protocole pour guider les gens ainsi de suite.  C’est bien mais après, peut être que  le temps mis pour les étudiants est beaucoup trop long, il y a des familles qui peuvent venir et mettre 2 h, 3 h, 4 h de temps à attendre ce n’est pas bon.  Enfin la situation de mon amie qui a été recalé après sa soutenance, vraiment c’est une très mauvaise impression que l’école me laisse. Parce que pour moi, lorsque quelqu’un a déjà réussi à déposer ses travaux et qu’on lui permet de soutenir, c’est qu’en général il doit passer et c’est juste la note qui reste à déterminer. Donc le fait de voir pour moi, quelqu’un qui dépose des travaux et que deux semaines plus tard, on lui permet de soutenir, après on rejette ses travaux, je sous-entend qu’il y a énormément problème».

Propos recueillis par Ajara Fomekong,(stagiaire)

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *