Succession à problèmes : l’héritage de Jean Samuel Noutchogouin mise à sac ?

De plus en plus au Cameroun, deux camps s’affrontent pour le contrôle des intérêts et biens appartenant à feu Jean Samuel Noutchogouin (JSN).

L’administrateur des biens toujours attendu après le décès de Noutchogouin Fils Philippe. Des soupçons de corruption pèsent sur la justice tandis que Me Regine Dooh Collins, Notaire et Marcel Tchangongom, expert-comptable sont bottés en touche par certains membres de la famille. Des requêtes introduites à cet effet non considérées.

En effet feu Noutchogouin Jean Samuel était marié à 2 femmes (Bernadette Maffo et Gisèle Djuikwa) aujourd’hui décédées et ces unions ont donné 10 enfants comme l’atteste le jugement d’hérédité. Les héritiers sont Odette Magne Noutchogouin, Cécile Bwomda Noutchogouin, Henriette Kom Noutchogouin, Feu Jean Roger Fotso Noutchogouin, Hubert Tasse Noutchogouin, Martine Gatchueng Noutchogouin, feu Fils Philippe Noutchogouin, Emilienne Noutchogouin, Hervé Kamga Noutchogouin, Joel Patrick Tatchum Noutchogouin.

La pomme de discorde

L’on note déjà dans la foulée, des assignations en référé, balayés d’un revers de la main. La pomme de discorde ici, est l’important patrimoine mobilier et immobilier légué à ses fils, parmi lesquelles les actions de la société dénommée “Financial Risk International” (FIR), qui est un holding familiale détenant les participations dans toutes les sociétés qui appartenaient  à JSN parmi lesquelles “Belgocam”, Société des provenderies du Cameroun (SPC), “Agrocam” et “Camavet”.

Seulement après le décès de l’industriel Jean Samuel Noutchogouin, un jugement d’hérédité N°-83/Civ/Dl rendu public le 11 juillet 2019 par le tribunal de premier degré de Bandjoun, avait désigné Noutchogouin Fils Philippe administrateur de la succession, malheureusement ce dernier va aussi rendre l’âme le 1er Octobre 2019. C’est donc après sa disparition que l’on se rendra compte des irrégularités dans la gestion des biens notamment, les convocations illégales et irrégulières d’assemblées générales, leurs tenues et le non respect du quorum.

La confusion

Des imposteurs se seraient retrouvés dans la gestion du patrimoine au mépris des dispositions règlementaires semant ainsi la confusion dans les esprits. Certains enfants du fait du vide crée par le décès de Noutchogouin Fils Philippe ont essayé d’imposer Marcel Tchangongom, expert-comptable, par ailleurs Commissaire aux comptes de la” holding Financial Risk International”, et ensuite Me Dooh Collins née Ngong Ekollo Regine Evelyne, notaire comme séquestre de “Belgocam”, mais le projet n’a pas été du goût de tout le monde, d’où le bruit tout autour de l’affaire.

La célérité avec laquelle la justice s’est empressé de désigner ces «séquestres» aujourd’hui vomis, fait croire que beaucoup d’argent a coulé, pour mettre en branle la machine en écartant la norme. Des grincements de dents se font ressentir, des éclats de voix sont perceptibles.

En parcourant certains documents, il s’avère que certains noms ont même été omis, a tort ou a raison ? Difficile de le savoir. Toujours est-il que tout est bloqué et Jean Samuel Noutchogouin semble se retourner dans sa tombe au vu du spectacle auquel ses ascendants se livrent pour le contrôle de ses efforts, lui qui a travaillé dur, parti de rien pour se hisser au sommet et être cité parmi les symboles de la réussite.

Conflits d’intérêts ?

Lorsque des hommes de loi se retrouvent dans les conflits d’intérêts, d’abus de fonction et de délit d’initié, des membres de la famille mouillés, des magouilles et autres manigances, cela peut-il augurer des lendemains meilleurs ? Comment peut-on unilatéralement décider d’agir sans l’aval de tous les membres de la famille dans le seul but de se faire de l’argent et diviser la famille qui n’a pas encore fini de digérer le départ de leur géniteur.

Dimitri Amba
Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *