Taxe sur les téléphones: l’ODS crie au scandale

La communication de l’Observatoire du développement sociétal, faite le 16 octobre 2020 à Yaoundé, a permis aux coordonnateur général, Lilian Koulou, de rappeler aux organisateurs de cette mesure sur les téléphones et tablettes, que l’intérêt général, passe avant toute chose.

 

« A partir du 15 octobre 2020, une taxe d’une valeur de 33% du prix du téléphone ou de la tablette à la sortie d’usine, sera imputée aux utilisateurs ». C’est la quintessence d’un communiqué conjoint signé le 29 septembre 2020, par les ministres des finances et des postes et télécommunications.

Cette décision suscite la sortie de l’Observatoire du développement sociétal (ODS). L’organisation non gouvernementale qualifie la mesure d’antipatriotique et la condamne.

Ministre camerounais des postes et télécommunication : Minette Libom Li Likeng.

« Cette mesure scandaleuse et antipatriotique survient dans un contexte où la majorité des camerounais, moyens et/ou démunis, peinent à se relever de la situation de déliquescence financière  provoquée par les mesures adoptées par le gouvernement pour endiguer la pandémie de la covid-19 » dit le coordonnateur général de l’ODS, Lilian Maurice Koulou Engoulou.

Selon cette association nationale, il s’agit d’une mafia bien organisée. C’est une mesure « kleptocratique et malhonnête» qui « laisse clairement entrevoir des intentions malsaines orientées vers la satisfaction des intérêts particuliers », précise l’ODS.

Téléphone

En réitérant son soutien aux institutions de la république, l’Observatoire du développement sociétal relève que le peuple camerounais, « ne mérite pas d’être distrait et désabusé par des manœuvres frauduleuses de certaines mafias situées dans les arcanes gouvernementales ». Les autorités en charge des secteurs des télécommunications et des douanes, sont par la même occasion appelées à retirer ce « dispositif illégal ».

Pour donner plus de poids et de crédit à sa communication, l’ODS s’est fait accompagner au point de presse du vendredi 17 octobre 2020, par la Ligue camerounaise des consommateurs.

Arnaud Kevin Ngano

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *