Transport au Cameroun : des leaders syndicaux enlevés…

Depuis le 6 juin 2022, les membres de plusieurs organisations socioprofessionnelles sont à la recherche de leurs présidents interpelés par les forces de maintien de l’ordre, à Yaoundé, la capitale.

Patrice Samen, de la Fédération nationale des syndicats des chauffeurs professionnels du Cameroun, Augustin Ngangoua, du Syndicat national des conducteurs routiers urbains, ruraux périurbains et interurbains du Cameroun, Jean Colins Ndefossokeng, du Syndicat national des employés du secteur des transports terrestres, et Colince Tchoumi du Synchoutuicam. Ces quatre présidents d’organisations syndicales au Cameroun, sont en garde à vue administrative, dans des cellules de la ville de Yaoundé. Ils ont été interpelés par la police et la gendarmerie lundi 6 juin 2022.

Après recoupement, on apprend qu’au total 13 syndicalistes sont ainsi retenus par les forces de maintien de l’ordre. Entre autre accusations présentées contre eux :

  • Incitation à la rébellion ;
  • Association de malfaiteurs ;
  • Trouble à l’ordre publics ;
  • Complot contre la République.

Pourtant depuis le 28 mars 2022, un groupe de syndicats et une fédération, observent des mouvements de revendications socioprofessionnels, pour réclamer l’assainissement du secteur et des meilleures conditions de travail. Manifestations qui devait se poursuivre par un sit-in à partir du 6 juin 2022.

« Nous exigeons la cessation du transport clandestin, la baisse du prix des huiles de vidanges, la réduction du montant à débourser pour l’assurance et l’assainissement du transport urbain », affirme Thomas Ondoua, président du Syndicat national des conducteurs des transports urbain, interurbain et routier du Cameroun.

Selon la Confédération des travailleurs de transport et du secteur informel du Cameroun, « ces arrestations constituent une atteinte grave à la liberté syndicale ». Elle assimile d’ailleurs cela aux kidnappings. La Fédération internationale des ouvrier des transports (ITF) et plusieurs organisations des droits de l’homme, se sont déjà saisi du dossier et les réactions ne vont pas tarder.

Arnaud Kevin Ngano

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *