Transport clandestin : Encore beaucoup à faire…

Les membres du Comité national de lutte contre le transport routier clandestin, se sont une fois encore réunis le 03 septembre 2019 à Yaoundé, pour évaluer les activités.

Le transport clandestin apparaît au Cameroun, comme un frein au développement, non sans causer un manque à gagner aux chauffeurs professionnels qui respectent et appliquent la loi. En plus de freiner le travail des transporteurs, il cause la mort de pas moins de 1.000 personnes par an, sur le triangle national. 8.669 décès dans 22.314 accidents pendant les 8 dernières années, la situation alarmant, préoccupe le gouvernement, qui agit alors, à travers un comité qui existe depuis 2015.

Ce comité national de lutte contre le transport routier clandestin, en travaux à Yaoundé le mardi 3 septembre 2019, pour évaluer ce qui est fait jusqu’ici. Et malgré les dénonciations, mais aussi les campagnes de sensibilisations, on constate avec certains membres de la plateforme, que le problème demeure. Ce qui a fini par être qualifier de “ fléau persiste”, à en croire Evelyne Nkoa Ottili Medjogo, présidente dudit comité.

Pas efficace !

“En quatre ans d’existance, la lutte est mal orientée. Les conducteurs du segment de transport périurbain et rural,notamment ceux des voitures de une à 10 places, sont pris pour cibles”, déplore Joseph Noël Biyoa, syndicaliste. Etant persécutés à chaque contrôle, ces travailleurs, acteurs du monde périurbain et rural, ont bloqué la descente des responsables des brigades de contrôle, en exigeant la signature et la publication de l’arrêté des véhicules de 1 à 10 places assises, sans oublier la licence S 5.

L’inefficacité de cette lutte, se justifie aussi par le comportement des membres du comité, qui brillent par la corruption, la manipulation, le manque de sérieux ou la non implication dans les actions initiées, et la recherche effrenée d’argent. Nombre d’acteurs des transports au Cameroun pensent également qu’il existe une entente tacite entre les pouvoirs publics et le busines du transport clandestin. C’est celà qui semble être à l’origine de l’inertie qui règne au sein du comité national de lutte contre le transport clandestin.

A LIRE : Pas de clandestin dans le  Synctrapuircam

A LIRE AUSSI  : Les sanctions contre le transport clandestin

Arnaud Kévin Ngano

Please follow and like us:
error

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *