Transport ferroviaire : l’imminence des locomotives neuves au Cameroun

L’annonce à été faite par le ministre des transports, Jean Ernest Masséna Ngalle Bibehe, le 18 décembre dernier à Yaoundé.

« Quatre locomotives dédiées au transport voyageur seront au port de Douala, vers le 5 janvier 2020 ». C’est concrètement ce que dit le patron du transport au Cameroun, lors de la 33ième session du comité interministériel des infrastructures ferroviaires. Cérémonie au cours de laquelle, le ministre Ngalle Bibehe a demandé au directeur général de Camrail,  « de bien vouloir prendre toutes les dispositions nécessaires pour les installations de l’entreprise dont il a la charge où elles devraient subir tous les tests prévus dans le contrat avant leur réception et leur mise en service ».

Cette demande semble avoir été bien reçue et enregistrée par le directeur général de Camrail ,Pascal Miny qui dit « avoir un très grand plaisir d’avoir le bon matériel pour le transport voyageur ». A en croire le directeur du transport ferroviaire, Claude Misse Ntone, « ces locomotives acquises par le Cameroun, ont embarqué au port de Norfelk, en Pennsylvanie aux États-Unis, en début de semaine ».

A LIRE AUSSI : Un regard vers le septentrion

Le directeur des transports profite de cette assise pour annoncer l’arrivée au Cameroun en 2021, de 25 voitures. Pourtant un projet de réhabilitation de 11 autres voitures voyageurs est en cours, et « pourraient être en service avant la fin du mois d’avril 2020 », selon Claude Misse Ntone. Cette rénovation, rassure le directeur général de Camrail, est menée par son entreprise : « les équipes de Camrail sont à pied d’œuvre. Surtout pour les travaux de peinture, de réaménagement de ces voitures pour pouvoir les remettre en ligne. Même si ce ne sont pas des voitures assez neuves, ce sont des voitures qui sont refaites avec un bon niveau de confort ».

Mais il faut reconnaître qu’il n’a pas seulement été question des investissements ferroviaires en matière de voitures voyageurs, pendant cette 33ème session du comité interministériel des infrastructures ferroviaires. Le ministre des transports, ses collaborateurs et les partenaires présents à la rencontre, ont également fait le bilan de toutes les activités de l’année 2019 , en transport ferroviaire. Ainsi, précision a été faite sur la maintenance de 13 ponts au cours de cette année, qui rentre dans le cadre du programme quinquennal n1. Programme qui doit être complété par « l’achèvement des travaux de renouvellement de la voie entre Batchenga et Ka’a , la réhabilitation d’autres ponts, et l’acquisition du nouveau matériel roulant voyageurs », a signalé le ministre. Il s’est par la suite réjouis de l’avancé du programme quinquennal n2, incluant « la modernisation prochaine des systèmes de signalisation des gares, la préparation des études pour le renouvellement de la voie sur les tronçons Bélabo-Ngaoundéré et Douala-Yaoundé ».

Le parcours jusqu’ici , n’à pas été facile, reconnaît le ministre des transports, président de cette commission (Comifer). Les conditions météorologiques, les dysfonctionnements de matériels pour les travaux de la voie, les dispositions de la loi des finances non favorables à la progression harmonieuse des acquisitions de matériels roulants, les tensions de trésorerie du concessionnaire Camrail , n’ont pas rendu la tâche aisée.

Arnaud Kévin Ngano

Please follow and like us:
error

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *