Transport interurbain : le gouvernement occasionne une grève?

Des syndicats au Cameroun, se préparent à paralyser le secteur des transport à partir du 14 novembre 2019, pour marquer leur colère par rapport à la décision du ministre des transports, de suspendre l’agence de voyage Binam.

“Le ministre Ngalle Bibehe est décidé à tuer le transport interurbain au Cameroun. On ne sait sur quoi il s’appui concrètement pour fermer une agence de voyage”. Ce coup de gueule de Jean Paul Noah, secrétaire général de l’Organisation patronal des syndicats du transport et assimilés du Cameroun (Opstac), cache mal la colère qui est ruminée contre le patron du transport. Il lui est reproché de fermer des entrprises de voyage, de manière intempestives.

Le leader du mouvement socioprofessionnel exerçant dans l’interurbain, ne passe pas par quatre chemins pour annoncer un mouvement d’humeur qui est en train d’être  ficelé. “Si le gouvernement ne revient pas sur la décision supendant pour trois mois, la compagnie de voyage Binam, le travaille sera perturbé à partir de mi-novembre”, précise Jean Paul Claude Noah. Aucun véhicule des agences membres de l’Opstac ne va continuer à faire la ligne Yaoundé-Bafoussam, à en croire ses dires. D’ailleurs les réunions y relatives ne cessent de se multiplier dans la capitale politique du pays.

A LIRE : Général rivalise Touristique

La goute d’eau qui…

C’est le 29 octobre 2019, que le ministre des transports, Jean Ernest Masséna Ngalle Bibehe rend public un communiqué radio-presse, annonçant le retrait du permis de conduire à Jean Rorbert Foko, chauffeur en service à Binam. Le même document stipule que cette entreprise qui emploit Jean Robert est interdi d’activité pendant trois mois, éventuellement renouvelable. Motif : manquements graves à la réglementation en vigueur.

Le 25 octobre dernier, les passagers du véhicule de cette agence de voyage, ont été victimes d’une agression par des hommes armés et non encore identifiés, sur l’axe Yaoundé-Obala. Ces fauteurs de trouble semblent avoir été embarqués en cours de route.

A LIRE AUSSI  : La pression du gouvernement sur les compagnies de transport interurbain.

Arnaud Kévin Ngano

Please follow and like us:
error

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *