Transport : Le Synctrapuircam se déchire

Une réunion extraordinaire du Syndicat national des chauffeurs des transports périurbains, urbain, interurbain et rural du Cameroun (Synctrapuircam), se tient à Yaoundé en après-midi du 25 juillet 2019. L’objet principal de cette assemblée générale n’est rien d’autre que la suspension du poste de coordonnateur national, qu’occupe Joseph Noël Biyoa.

« On ne piétine pas les instructions de l’Etat !» Cette phrase prononcée par l’un des secrétaires généraux nationaux du Synctrapuircam, au sujet de Joseph Biyoa, coordonnateur national et trésorier de l’organisation syndicale, présente l’homme, comme un récalcitrant. Joseph Biyoa est accusé par d’autres membres du bureau, d’envahir les autres postes et de marcher sur ses collaborateurs.

Selon le président national, Prosper Aimé Essomba, « c’est la quatrième fois qu’il s’égare. Les trois première fois, nous avons essayé de le recadrer ». En exprimant sa déception, le leader du Synctrapuircam précise que « Le syndicat n’est pas l’affaire d’une personne ».

LIRE AUSSI : Lutte contre le transport clandestin

C’est fort de cela que la réunion de ce jeudi a été convoquée, pour le démettre de ses fonctions, apprend-on. Seulement l’accusé dit n’avoir pas reçu de convocation relative à cette rencontre qui s’assimile à une réunion de crise, et d’èlimination d’un élément gênant. D’après Joseph Noël Biyoa, les raisons avancées par ses camarades « détracteurs », sont loin d’être la cause réelle du climat qui règne en ce moment dans le Synctrapuircam.

Le coordonnateur et trésorier national qui a longtemps été « les yeux et les oreilles » de l’organisation socioprofessionnelle dans le sous segment des petites voitures, affirme que sa « tête est mis à prix parce qu’il a fait savoir à Prosper Essomba, le mécontentement des chauffeurs des petites voitures » membres du Synctrapuircam. Ceux-ci « estiment que les cars ont tout eu, et veulent arracher le syndicat ».

La réunion de ce 25 juillet 2019, s’annonce houleuse. Des craintes animent plusieurs membres du Syndicat national des chauffeurs du transport périurbain, urbain, interurbain et rural du Cameroun (Synctrapuircam), qui ne souhaitent pas vivre le désordre qui existe depuis plusieurs année, au sein du Syndicat national des conducteurs du transport urbain, interurbain et routier du Cameroun (Synactuircam).

Arnaud Kévin Ngano

Please follow and like us:
error

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *