Transport : Le Synctrapurcam extirpe les clandestins de son rang

Prospèr Aimé Essomba et ses camarades n’attendent pas la répression annoncée par le gouvernement, pour combattre le transport clandestin.

« Nous sommes le seul syndicat qui prend le temps d’obliger ses membres à se conformer. Nous avons déjà tenu au moins quatre réunions avec nos amis du point de chargement de la totale Ngousso (petites voitures) ». Ainsi parle le président du Syndicat national des chauffeurs de transport périurbain, urbain et rural du Cameroun, Prosper Aimé Essomba, le 16 juin 2019, à Soa. C’était lors d’une réunion de cette organisation syndicale.

L’assise rentrait bien sûr dans le cadre des réunions de sensibilisations des acteurs de transport dans ce segment d’activité, par rapport au respect de la réglementation en vigueur. Ceci étant donné que les chauffeurs du transport périurbain et rural, sont accusés très souvent à tort, de clandestin.

Cette réunion très courue, ayant bénéficiée de la présence du délégué régional des transports pour le centre, Rose Nancy Ngatoumou épouse Bela, a permis d’évaluer les avancées enregistrées depuis la publication du communiqué du ministre Jean Ernest Massena Ngalle Bibehe, relatif au combat contre le transport clandestin.

A en croire le secrétaire général du Syntrapurcam, « plusieurs autres réunions de sensibilisations du genre, se poursuivent dans d’autres villes et régions du Cameroun », en attendant le 8 juillet 2019, date probable du début de la répression. En clair, il est question pour la corporation, d’aider le pays, à avancer.

Arnaud Kévin Ngano

Please follow and like us:
error

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *