Transport : libération des syndicalistes aux arrêts au Cameroun

Charles Essomba Onana, coordonnateur national des affiliés à la Fédération internationale des ouvriers des transports (ITF) et son trésorier, Prosper Aimé Essomba, ont rencontré Martin Mbarga Nguele, Délégué général à la sûreté nationale lundi 13 juin 2022, pour négocier la libération des syndicalistes mis aux arrêts le 6 juin de la même année.

Ce n’est plus qu’une question de derniers réglages. Au Cameroun, les syndicalistes des transports attendent impatiemment la libération de leurs camarades en garde à vue administrative depuis le 6 juin 2022. Patrice Samen et les autres, seront libérés très bientôt, annonce Prosper Aimé Essomba, trésorier de la coordination nationale de la Fédération internationale des ouvriers des transports.

En compagnie de Charles Essomba Onana, coordonnateur national des affiliés ITF au Cameroun, Prosper Aimé Essomba a rencontré le patron de la police camerounaise. Objectif : négocier la libération de la dizaine de défenseurs des droits des travailleurs dans le secteur des transports, retenus dans des cellules à Yaoundé.

« La réunion de plaidoirie que je vous ai annoncée, s’est bien passé », précise le trésorier, à ses camarades. « Tout ce que nous faisons, c’est dans le cadre de la solidarité syndicale », affirme-t-il également à la presse.

LIRE AUSSI

Cette démarche de négociation fait suite à une correspondance adressée à l’ITF, par la Fédération nationale des syndicats des professionnels du Cameroun, affiliée, et portant la signature de Thomas Ondoua, trésorier général de cette fédération.

Le 6 juin 2022, Patrice Samen, de la Fédération nationale des syndicats des chauffeurs professionnels du Cameroun, Augustin Ngangoua, du Syndicat national des conducteurs routiers urbains, ruraux périurbains et interurbains du Cameroun, Jean Colins Ndefossokeng, du Syndicat national des employés du secteur des transports terrestres, Colince Tchoumi du Synchoutuicam, et plusieurs autres syndicalistes, ont été interpellés par la police puis gardé à vue.

Les motifs de leurs arrestations sont :

  • Manifestation non déclarée
  • Association de malfaiteurs
  • Trouble à l’ordre publics
  • Complot contre la République.

LIRE AUSSI

Les regards restent tournés vers la police, pour des éventuelles libérations, déjà célébrées en grande pompe dans la corporation.

Arnaud Kevin Ngano

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *