Transports : Une école de formation des pilotes d’avions privés en gestation

C’est l’ambition que nourrit actuellement, le promoteur de l’Institut de formation professionnelle et d’apprentissage Tcheutchoua (Ifpat), dont le siège est à Yaoundé, la capitale politique du Cameroun.

Une trentaine d’apprenants, tous vêtus d’ensembles jogging rouge estampillées  #Ifpat, assortis de tennis noires ou blanche, sont assis, chacun sur sa chaise. Ils sont concentrés à prendre des notes pendant une séance de cours en salle, que l’on a presque perturbée lors de la descente de collecte d’informations.

Séance de cours en salle, à l’Ifpat.

L’Institut de formation professionnelle et d’apprentissage Tcheutchoua,  #Ifpat, encadre cette année en cours, 52 conducteurs en puissance, des engins lourds. La formation dure 12 mois, apprend-on sur les lieux. « Ces jeunes ont 5 mois de théorie et 7 mois de pratique », renseigne le promoteur, Romuald Tcheutchoua, avant de préciser que la prochaine rentrée est prévue en novembre 2020.

Lors des séances pratiques, les enseignés utilisent les engins de l’Ifpat, mais aussi s’exercent-ils avec les appareils des entreprises dans lesquelles, ils sont envoyés pour faire les stages.

L’un des engins de l’Ifpat

Créé il y a deux ans seulement, cette école a déjà livrée sa première cuvée. « Nous avons eu pratiquement 95% de réussite” l’année dernière », dit Romuald Tcheutchoua. C’est sa manière à lui, de participer à la lutte contre le chômage, et à l’insertion socioprofessionnelle des jeunes. Surtout que, la réhabilitation et la construction des infrastructures foisonnent au Cameroun, dans les pays de la sous région Afrique-centrale, et ailleurs.

Le conducteur d’engins lourds est appelé à maîtriser les pièces de la machine qu’il doit manipuler.

Il est clair que les étudiants de cet institut sont loin d’être uniquement des camerounais. La formation est ouverte aux ressortissants de toutes les nations du continent noir, mais aussi du monde, passionnés de la conduite des engins BTP ( engin de génie civil). « Je tiens à vous faire savoir que nous avons à notre actif, deux étudiants de nationalité tchadienne qui sont partis du Tchad uniquement pour se former en conduite des engins lourds », signale le promoteur.

«  #Ifpat est parti pour ne plus s’arrêter. Nous sommes en ce moment à la conquête des partenaires, qui vont nous accompagner dans la formation des pilotes d’avion privés. Une fois que nous aurons atteint cet objectif, nous aurons tout gagné », lance-t-il en fin, le sourire au lèvres.

A l’Ifpat, chaque étudiant est en possession de son équipement de protection individuel.

En attendant la réalisation de cette ambition, l’Institut de formation professionnelle et d’apprentissage Tcheutchoua, reste la seule école  qui fabrique les futurs chauffeurs d’engins lourds au Cameroun. Ses apprenants qui sont régulièrement soumis aux travaux durs, affichent fier allure, aussi bien quand ils sont en tenues de classes, qu’en tenues de chantier, constituer  de combinaison, chapeaux, lunettes et chaussures.

Arnaud Kévin Ngano

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *