Yaoundé-Cameroun: le martyr des nécessiteux

Assis pour la plupart à même le sol, ces hommes, femmes et enfants qui quémandent de l’argent aux passants en longueur de journée, ne cessent de subir au quotidien, les intempéries de la nature et des hommes.

Assis à même le sol, les pieds croisés, devant un bol en matière plastique,  des mendiants sont installés ont élu domicile tout le long du lieu dit « Mokolo en bas » dans la ville de Yaoundé. Repartis dans des coins dispersés, ils ne maquent pas de tendre la main aux passants. Pour Bruno Tsopgang, sauveteur au marché Mokolo : « Les mendiants sont des gens qui manquent de quoi manger et qui se retrouvent dans la rue. De temps en temps, il faut les dépanner. »

Ces quêteurs plutôt proprement vêtu, ne suscitent aucun sentit pour notre interlocutrice Sidonie. Parlant des mendiants, elle déclare : « Les mendiants sont des gens comme nous, mais qui refusent de travailler. Ils préfèrent gagner de l’argent facilement. »

Remarqués par certains commerçants du marché Mokolo, ces nécessiteux font de la mendicité, leur « job ».  Georges, vendeur des lunettes près d’un quêteur raconte: « Cet homme qui fait la manche près de moi, est devenu régulier ici. Tous les matins, il arrive comme moi qui viens au boulot. Il s’installe, et y passe toute la journée. » « Il résiste au soleil. Mais, quand il pleut, il s’abrite. Bref, son métier c’est faire la manche.», ajoute le commerçant.

Ainsi chaque citoyen peut faire un témoignage particulier sur ces travailleurs hors du commun. Toujours est-il, que pour la plus part, ce sont des personnes qui souffrent de faim, qui ont besoin d’être encadré, suivi et pris en charge par le Gouvernement.

Fadimatou Ndzamndounkye, ( stagiaire).

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *